ak benn, c’est quoi?

Télécharger le Catalogue pdf

Femmes, jeunes, enfants… qu’est-ce qu’ils font?

Sont-ils conscients qu’à ak benn ils préparent leur avenir?

À ak benn Ils ont la possibilité :

  • d’apprendre l’inattendu,
  • de découvrir,
  • de construire et de tisser des liens,
  • d’aller chaque jour un peu plus loin,

                                   ak benn c’est cela.

Tout a commencé autour des frères de Taizé (Kër Taizé) à Dakar.

Plus précisément dans le quartier de Grand Yoff.

Les quartiers périphériques de Dakar où ak benn est implanté offrent peu de perspectives aux jeunes. Beaucoup, paralysés par l’inactivité, se démoralisent; d’autres rêvent de quitter le pays: devenir un grand footballer, refaire leur vie ailleurs… (quitte à mourir dans l’aventure).

Les frères de Taizé habitent le quartier depuis 1992. Par leur présence attentive dans le jour après jour, diverses initiatives ont pris corps. Pour les jeunes il y a un grand effort de formation où s’éveille l’esprit de découverte; ainsi ils se préparent à devenir animateurs des plus petits.

L’invitation au bénévolat qui leur est faite pour qu’ils soutiennent les activités avec les plus petits, peuvent le recevoir comme un défi, ainsi ils deviennent les acteurs de leur propre développement.

De “li nga xam” à “ak benn

Les activités éducatives destinées aux enfants partent de l’expression wolof: li nga xam jangal ko ko (”montre aux autres ce que tu sais ”). Plus tard, s’est imposé une autre expression: ”ak benn” qui se traduit ”plus un” (elle prend le sens ”d’aller plus loin”) : un pas de plus, une lettre de plus, un engagement de plus, et plein de découvertes.

C’est s’intéresser à tout: au milieu où on habite, à sa culture et à son environnement, au travail bien fait, à la technique, à l’art. C’est aussi une invitation à donner davantage, à se donner généreusement.

Ainsi, peu à peu, les ados, puis les jeunes, deviennent les authentiques protagonistes du projet.

De mardi à samedi, et tout au long de l’année, bien avant 16 h, les enfants se tiennent, brouillants et actifs, sous les arbres devant Kër Taizé. Bientôt les activités d’éveil vont commencer. Quelques Km. plus loin à Kër Massar, les enfants sont accueillis dans un autre centre : Kër Ganesi.

Des sorties de découverte se réalisent les matins et sont une des activités importantes d’ak benn. C’est aussi l’occasion de réunir des jeunes de Kër Ganesi et de Kër Taizé. Ainsi, les enfants, comme les jeunes, peuvent s’approprier leur pays et tout ce que s’y vit. De la technique à l’art, l’espace urbain et la nature. Et le cercle qui pourrait les enfermer dans le quartier est cassé.

Les sorties et les visites se multiplient grandement pendant les vacances.

Les petits, les jeunes …et les mamans.

Un groupe de femmes et de filles reçoit une formation en couture. Les jeunes engagés dans l’association travaillent aussi dans l’atelier, se forment en équipe, et fabriquent des objets divers. Leur production est vendue dans des expositions à Dakar et dans plusieurs villes d’Europe. Avec le produit des ventes chacun apprend à gérer son argent et à épargner.

Le réseau qui peu à peu s’est crée par l’amitié (et pour beaucoup en payant de sa propre personne), entre le sud et le nord, c’est un vrai signe porteur d’espérance.

Les expositions présentent sur le même plan les produits des jeunes et des ”mamans” car l’association ak benn va au-delà de l’attention aux enfants ou de la production d’un atelier: c’est un cheminement dans lequel est souligné que le travail ensemble ”mamans” – jeunes, le souci des plus petits, leur éveil, l’engagement dans la réalité qui est la leur (qu’ils doivent apprendre à affronter) est à la base de tout. Avec la conviction que dans leur milieu de vie, portés par le courage de construire avec d’autres, on peut y trouver des éclats de beauté.

La Journal AK BENN et son prolongement sur le web et le blog témoigne d’une activité riche avec une belle profusion de photos.

Pour en savoir davantage:

http://akbenn.webs.com
http://akbenn.blogspot.com
www.taize.fr